La sécurité du 4L Trophy

 

Je ne m’attendais pas du tout à être confronté à autant d’accidents ou incidents tout au long de ce raid ! Je ne parle pas des pannes qui sont inévitables à bord des Renault 4 plus ou moins jeunes !

Je n’ai pris connaissance qu’après notre retour la page Facebook un ruban rouge pour Guillaume, mise en ligne en hommage à un jeune participant décédé au retour de l’édition 2012. Fort tristement, j’ai trouvé cette page en cherchant les mots clés mort au 4L trophy car cela m’était apparut comme une éventualité fort probable après avoir vécu le raid de l’intérieur !

Heureusement, il n’y a pas eu de drame de cet ordre lors de l’édition 2017 mais j’ai été témoin de plusieurs accidents et situations qui me paraissent anormales.

Le déploiement des moyens de sécurité par l’organisation est impressionnant ! Je ne remets pas en cause tout le travail énorme qui est effectué pour encadrer plus de 3000 personnes au Maroc mais certains aspects m’ont interpellé et je pense qu’ils peuvent êtres sujets à des améliorations. Il peut être utile d’en prendre connaissance si vous ou l’un de vos proches envisagiez de participer au raid ou également si vous êtes sollicités pour aider un équipage à participer.

L’alcool :

J’ai été surpris de l’invitation de Jean-Jacques Rey (créateur, directeur de la course et président de Désertours, la société organisatrice) aux équipages se dirigeant vers Rabat (environ la moitié des participants, les autres devant attendre leur ferry prévu pendant la nuit pour rejoindre le Maroc) à anticiper leur arrêt pour « boire un coup » avant l’enceinte de l’université afin de ne pas avoir de problèmes comme ce fut le cas lors de l’édition précédente. La consommation d’alcool au Maroc étant strictement encadrée.

Là où cette remarque est gênante pour moi c’est qu’en invitant explicitement les participants à boire de l’alcool avant de reprendre la route dans un contexte qui peut être particulier, c’est à dire proche de l’arrivée, cela cautionne également toute autre forme de consommation d’alcool sur la route à mon sens. Tous les participants du raid sont majeurs et responsables de leurs actes mais prendre des précautions particulières ne me paraît pas superflu lorsque l’on a conscience du public auquel on s’adresse.

Difficile d’ignorer pourtant que de nombreux participants profitent de cet intermède dans leur année scolaire pour multiplier les réunions alcoolisées lorsque dès le départ on remarque des voitures remplies de bouteilles d’alcool ou lorsque le Carrefour d’Algesiras propose une partie spéciale dédiée aux trophystes avec principalement de l’alcool à vendre.

Je suis étonné de ne pas avoir vu plus de sévérité et de contrôles sur la consommation d’alcool dès le départ.

Il y avait bien un stand de la sécurité routière sur le parking au départ mais ce n’était pas un passage obligatoire et je ne l’ai même pas remarqué.

Je n’ai rien noté à propos de la consommation d’alcool lors des entretiens obligatoires au départ ni dans le roadbook.

Le manque de prévention portée à ce sujet me paraît non seulement dommageable pour la sécurité mais également pour l’image donnée par les participants aux résidents marocains que l’on croise le long du parcours ou encore ceux qui sont employés à la restauration, à l’entretien et à la surveillance du bivouac.

Jean-Jacques Rey tiendra des propos similaires la veille de l’étape marathon.

Enfin, la cérémonie de la remise des prix a lieu le samedi soir à Marrakech et elle est suivie d’une soirée animée avec à disposition au bar bières et alcools forts. Les participants sont invités à quitter Marrakech avant 9 h du matin le dimanche pour bénéficier de l’assistance mécanique jusqu’au port de Tanger Med où nous embarquons pour le ferry retour vers l’Espagne (premier horaire 16 h). Le trajet de Marrakech au port de Tanger est de 600 km environ soit plus de 6 h de route sans pause.

Les tickets de ferry sont modifiables et il est possible de changer l’horaire mais ce n’est pas la solution proposée par défaut.

Même si aucun accident grave n’est à noter sur ce raid et que tous les participants sont majeurs, il ne me paraît pas prudent d’inciter à la consommation d’alcool sur un raid automobile.

Sécurité-4LTrophy-Maroc-Accident

La fatigue :

Les délais prévus ne laissent pas beaucoup de marge de manœuvre jusqu’à l’arrivée dans le désert marocain où les boucles sur les pistes sont plus courtes.

Au final le principal de l’aventure est condensé sur trois jours au Maroc. Je n’avais pas réalisé que le parcours du raid imposait de faire autant de kilomètres en si peu de temps.

Il ne faut pas imaginer pouvoir prendre son temps surtout en cas de problème mécanique ou incident. Nous avons côtoyé des équipages qui ont vécu un calvaire suite à des problèmes mécaniques lors de la descente de l’Espagne.

L’assistance mécanique rejoint également Algesiras par la route mais l’encadrement n’est prévu dans le règlement qu’à partir du Maroc même si une équipe de mécanos qui vous croise lors d’une panne sera sans doute disposée à vous aider. Il n’y a pas de voiture balai pour la descente en Espagne qui est prévue en autonomie. Il est donc fréquent pour les équipages en difficulté de se trouver derrière les équipes d’assistance.

Il n’y a toutefois pas de quoi paniquer ! Malheureusement nous avons vu plusieurs équipages chercher à résoudre par eux-mêmes leur difficultés sans faire appel à l’assistance ni à des professionnels sur la route. Peut-être par fierté mais surtout, je pense, par préoccupation d’arriver dans les délais impartis à Algesiras ou parfois par soucis économique.

Une petite carte collaborative des garages en Espagne pourrait être mise en ligne et il est préférable de solliciter l’avis de l’organisation plutôt que de poursuivre avec des véhicules non conformes au code de la route à mon sens.

La présence dans les temps au bivouac d’Algésiras est présentée comme essentielle.Il faudrait peut-être nuancer et insister sur la nécessité d’arriver tout simplement, au delà d’arriver dans les temps.

Tout le temps passé dans la préparation et la recherche de financement pour participer peut amener certains équipages à prendre des risques importants de peur de voir l’aventure s’arrêter après seulement deux jours.

Malheureusement, je trouve que tout n’est pas fait pour les rassurer (alors qu’un équipage a pu rattraper le reste de la troupe après avoir changé le moteur de la voiture par exemple). Mieux vaut perdre une journée que toute l’aventure ou pire encore

Une fois au sud de l’Espagne, votre numéro d’équipage détermine l’horaire du bateau que vous devez emprunter pour traverser le cap de Gibraltar. Une traversée de l’Espagne compliquée et un numéro vous attribuant un bateau partant en pleine nuit et vous ne pourrez pas dormir avant les 6 heures de route à effectuer avec un col qui était enneigé lors de notre passage. Il n’y a pas de solution simple face aux délais resserrés, je ne m’attendais déjà pas à ce qu’il y ait une étape supplémentaire avec un bivouac à Rabat pour certains alors que d’autres devaient patienter (ou arriver) à Algésiras. Mais comme la descente de l’Espagne se fait en autonomie n’est-il pas envisageable d’étalonner le départ au fur et à mesure du passage aux vérifications techniques avec  un départ de l’assistance mécanique en dernier ?

Les conditions climatiques lors du bivouac de Boulaajoul au Maroc furent particulièrement difficiles, beaucoup de vent et de pluie avec une température négative la nuit. Une précision dans la liste du matériel obligatoire sur ce à quoi on peut s’attendre pourrait être ajoutée à côté des éléments tentes et duvets. Sur ce bivouac là, comme de nombreux participants, nous n’avons pas dormi de la nuit, certains pour la deuxième fois consécutive donc.

4LTrophy-sécurité-Sacadeux

Crédibilité :

Des avertissements à propos de la vitesse mais sans aucune conséquence (connue de ma part). Les avertissements consistaient à des annonces lors des briefings quotidiens (briefing à Algesiras, Boulaajoul et Merzouga). L’organisation ayant pu constater ces excès via les balises GPS installées dans les véhicules. Ces balises permettant d’identifier précisément les véhicules en question, peut-être ont-ils également eu droit à un avertissement en privé mais le message a beaucoup perdu en crédibilité pour moi après avoir été répété plusieurs fois sans sanction visible.

Tout simplement, l’exemplarité. Comment prêcher pour une cause sans y croire ? Vitesse excessive, dépassement en ligne continue, non respect des distances de sécurité sont des exemples de manquement au règlement que j’ai pu observer de la part de véhicules estampillés organisation. Il est invraisemblable également pour moi d’avoir reçu le témoignage d’un équipage qui a été poussé par l’organisation à reprendre la route alors qu’exténués, les participants souhaitaient se reposer avant de repartir.

Le manque d’accompagnement vécu par des équipages en difficulté. Nous n’avons pas eu à faire face à de grosses difficultés lors du raid et notre panne au milieu de l’étape marathon a été relativement vite réparée. Nous n’avons pas sollicité l’assistance au téléphone durant le raid. Des équipages ayant fait face à des problèmes plus graves m’ont quant à eux fait part de leur déception et de leur sentiment d’avoir parfois était livré à eux mêmes. Cela peut faire partie du charme du raid comme pour l’équipage qui a réussi à rejoindre le groupe au Maroc après avoir changé de moteur en Espagne. Mais cela peut aussi être dur à vivre et décevant pour une prestation qui promet une escorte tout au long du parcours, voir le site officiel rubrique organisation. La solution semble être de solliciter l’organisation par téléphone pour avoir un suivi.

Autres remarques :

Le chargement du véhicule, un équipage accidenté à Séville a vu leur cric traverser la voiture, passant par chance entre leurs têtes. Ils ont appelé à la vigilance sur le chargement via le groupe Facebook.

Des conseils sur le poids à respecter sont communiqués dans les mails envoyés en amont du raid. Faites donc également bien attention à la façon dont vous chargez votre véhicule !

Enfin je trouve regrettable le fait de limiter l’assistance au territoire marocain. Une fois le raid terminé à Marrakech les véhicules ont beaucoup souffert et les vérifications sont optionnelles.

Il est bien écrit dans le règlement que la prise en charge se limite au parcours au Maroc. Sachez donc bien à quoi vous en tenir et n’hésitez pas à solliciter l’assistance tant que cela est possible !

Il semblerait que l’accompagnement des équipages en difficulté une fois le raid finit puisse être amélioré au vu des équipages ayant fait appel aux autres participants pour être conseillés sur les possibilités de rapatriement, réparations, remorquages, etc.

Accident-4LTrophy-Sécurité

 

Communication officielle :

Un peu plus de lecture sur le site officiel, à la rubrique organisation vous apportera la vision de la gestion de la sécurité vu de l’autre côté. Extraits avec mes commentaires :

La sécurité : notre priorité.

Lorsque le 4L Trophy pose ses roues dans le désert marocain, il ne lésine pas sur la sécurité. Cela confirme bien qu’en Espagne et en France ce n’est pas le cas.

La santé des participants est surveillée de près par une dizaine de médecins avant et pendant la course ainsi que par des pompiers et des équipes de la Croix Rouge sur place également.

Les règles de sécurité imposées par le code de la route sont également respectées et la prudence encouragée par un dispositif de commissaires de course répartis tout au long du parcours lors de chaque étape. Pour l’exemplarité on repassera par contre et le dispositif de commissaires de course répartis tout au long du parcours lors de chaque étape est bien indiqué sur le roadbook alors oui pourquoi pas, cela limite les abus mais il n’est pas très compliqués à prendre en compte. De plus, ils sont présents surtout sur les épreuves sur pistes, donc pas du tout là où l’on peut manquer au respect du code de la route…

Les équipages disposent en outre d’extincteurs, de fusées de détresse et de trousses de premier secours.

Des contrôles de sécurité “secrets” sont également prévus sur le parcours afin de ne rien laisser au hasard. Je trouve cela très ambitieux de déclarer ne rien laisser au hasard avec quelques contrôles sur lesquels je n’ai eu aucun retour.

Retournez sur la page de mes impressions au retour du raid. Vous pouvez également aller consulter notre budget pour le 4L Trophy 2017, la page de nos soutiens et sponsors ou encore la page de notre matériel.