Jour 6 – Merzouga – Boucle 1 – première journée 100% piste !

Le soleil met du baume au coeur

Même s’il fait froid dans le désert la nuit, cela n’a rien à voir avec ce que nous avons vécu la veille. Dès les premiers rayons du soleil on ressent tout de suite l’augmentation de la température.

Un petit tour vers les toilettes et douches et nous constatons qu’il faut s’armer de patience pour bénéficier des rudiments d’hygiène mis à disposition. C’est plus agréable dans l’espace restauration où un petit-déjeuner est proposé sous forme de buffet avec du pain marocain, confiture, miel, café et bien sûr thé à la menthe. C’est aussi l’occasion de pratiquer les trois mots berbères que nous tentons de maitriser.

Le ventre plein nous vérifions les niveaux de la voiture et prenons la direction de l’arche de départ pour la première journée 100% piste !

Comme nous sommes partit assez tôt nous pouvons profiter de pistes relativement peu encombrées durant la matinée. Nous avons toutefois en permanence une ou plusieurs 4L dans le champ de vision et le défi de l’orientation nous semble alors bien trop facile à relever.Berberes Maroc Thé à la menthe

L’aventure mais jamais bien seuls

Pour ne pas perdre l’opportunité d’être tranquille sur les pistes, nous ne nous arrêtons que si cela est nécessaire. C’est-à-dire lors d’un ensablement ! Cela nous permet également d’éviter de passer trop de temps arrêté dans une file d’attente en amont d’une difficulté. Toutefois, ce qui mène le plus souvent à l’ensablement c’est l’empressement des participants qui souhaite avancer alors que d’autres voitures bloquent l’accès le plus favorable. Cela les amènent vers une zone de sable plus meuble et provoque des ensablements en cascade.

Je regrette également qu’il n’y ait pas eu plus de sensibilisation sur les conséquences de tels comportements comme je l’explique dans l’article sur le respect de l’environnement au 4L Trophy.

Pas si enfantin finalement !

Nous roulons tranquillement à proximité des Capi’Trophy et de l’équipage Taxi en suivant d’un œil distrait les indications du roadbook lorsque nous apercevons l’hélicoptère de l’organisation passer proche de nous pour remonter une longue file de 4L.

Selon le roadbook nous aurions dû croiser un pneu semi-enterré que nous n’avons pas vu. Quelques secondes plus tard nous voyons des voitures rebrousser chemin et arriver face à nous. L’hélicoptère est en fait intervenu pour leur faire changer de direction car tout le monde se dirigeait vers la frontière algérienne !

Il y avait tellement de voiture se dirigeant dans la même direction que nous pensions simplement avoir loupé le pneu mais qu’il s’agissait bien de la bonne direction.

La suite du parcours est moins intéressante que les premiers paysages traversés, nous regrettons de ne pas nous être arrêtés plus tôt pour faire des photos. Notamment dans un village fantôme assez saisissant !sable désert Maroc 4L

Village fantôme Maroc

Enfin le temps… de se perdre !

Nous avons parcouru presque la totalité du parcours vers 13h, au final ce fut plus rapide que ce que l’on avait imaginé ! Surtout comparé au rythme effréné des jours précédents, il semblerait que nous ayons enfin la possibilité de souffler. Nous en profitons pour faire un arrêt repas avec les deux autres équipages dans un paysage vraiment désertique !

Toutes les difficultés passées et les voitures fonctionnant bien nous terminons l’étape chacun de notre côté.

L’occasion pour nous de nous perdre à nouveau ! Alors que plusieurs pistes parallèles occupaient une grande largeur le road-book indiquait de suivre un cap légèrement à gauche. J’étais au volant et positionné sur une piste qui me semblait en meilleur état mais qui continuait tout droit soit une déviation de quelques degrés par rapport à la piste indiquée par le road-book.

Rapidement les deux pistes ont pris des directions vraiment différentes !

Vu qu’il nous restait du temps, plutôt que de faire demi-tour j’ai préféré continuer quelques minutes pour voir s’il était possible de récupérer l’itinéraire prévu. Nous sommes arrivés à la rencontre d’une route que nous avons traversée pour suivre les traces de plus en plus effacées de la piste puis nous nous sommes arrêtés pour essayer de déterminer la direction de la piste à rejoindre en fonction des indications du road-book.

D’autres voitures qui avaient sans doute commis la même erreur passèrent non loin de nous en nous faisant signe de les suivre.Maroc désert 4L

Quand l’initiative paie

Après avoir déterminé une direction à rejoindre nous nous sommes avancés sur le plateau désertique qui n’affichait alors plus aucune piste pour constater qu’une bande relativement large de dunes et sable bien meuble nous empêcherait de passer. Nous avons donc préféré repartir par la route alors que les voitures s’étant aventurées plus loin étaient en train de revenir vers nous.

Une fois sur la route nous sommes tombés après quelques centaines de mètres à peine sur un point de contrôle de l’organisation ! Mais de l’autre boucle !!

Le bivouac étant tout proche, finalement nous n’avons pas vraiment perdu de temps dans cette opération !

Plutôt que de retourner dans l’enceinte du parcage prévu pour les participants et de faire la queue pour une douche froide nous sommes allés faire un tour vers la petite ville de Merzouga à proximité.

Au bout d’une avenue à la sortie du village nous avons trouvé un hostel.  Juste en face, un primeur où pour quelques dirhams nous avons pu déguster des mandarines délicieuses. Juste à côté encore, un couple suisse voyageant en camping-car me recommande une sucrerie fabriquée sur place.

Pendant ce temps notre hôte pour quelques heures nous a préparé un thé à la menthe à déguster le temps que l’eau de la douche chauffe. Après une pause dans cet endroit apaisant, c’est allégé de plusieurs centaines de grammes de sable, sentant le savon et presque honteux de notre « aventure » luxueuse que nous retournons au bivouac.Merzouga Hostel Maroc

Le bivouac ou le retour à la routine

Nous retrouvons les toulousains. Les taxis ont préféré offrir la douche à leur BB4L plutôt qu’à eux-mêmes 😀

Deuxième soir au bivouac et c’est déjà presque la routine : installation de la tente, plein d’essence au camion avec le jerrycan, briefing, etc.

Ce soir est annoncé la grande surprise pour les 20 ans du raid, nous sommes très déçus car il s’agit en fait uniquement de la représentation d’un DJ italien envoyé par le partenaire du raid Virgin Radio.

Cela nous vaut par la même occasion un repas improvisé à l’italienne pas franchement réussi. Dommage. Alors que la musique continue et que l’apéro se prolonge pour certains nous allons dormir car le lendemain nous avons rendez-vous tôt avec l’équipe d’Enfants du désert pour notre journée ambassadeur !

Jour 7 – Journée ambassadeurs Enfants du désert – Récit 4L Trophy 2017 Sacadeux – 10 sur 15

Jour 5 – Boulaajoul – Merzouga – Récit 4L Trophy 2017 Sacadeux