Jour 3 – Algesiras – Rabat

Un changement notable !

Il n’est pas trop dur de se lever même si nous avions mis le réveil tôt car l’excitation est présente. Nous approchons de la traversée vers le Maroc et nous sommes pressés de découvrir ce pays !

Nous arrivons après deux heures de route sur le site du bivouac à Algesiras où la majorité des voitures est déjà présente. Le roadbook, avec toutes les indications pour le reste de l’aventure au Maroc nous est remis. Nous profitons d’être arrivé suffisamment en avance pour faire changer nos amortisseurs par l’assistance mécanique en place sur le bivouac.

Patrice, un mécano du Pays Basque réalise l’opération. C’est la deuxième fois qu’il participe au raid dans l’assistance technique. Il a déjà eu pas mal de travail depuis son arrivée la veille sur le bivouac. Pour les mécanos aussi c’est une aventure intense !

 

Une fois le changement terminé la différence est notable ! La voiture est beaucoup plus stable, il nous reste un peu de temps avant le briefing préalable à la traversée en bateau.

Le plein avant de partir

Nous en profitons pour aller faire des courses au Carrefour qui fait une opération spéciale pour les trophystes. Sur place, une partie du parking est réservée aux 4L et on peut acheter certains produits directement dehors. Des cartes d’Espagne, du Maroc mais surtout de l’alcool est proposé. Nous allons faire un tour à l’intérieur. Nous faisons faire le double de toutes les clés car nous avions un seul jeu de clés et celle de la serrure était sur le point de se casser.

Après les courses et le plein d’essence nous retournons sur le bivouac pour le briefing. Il y a beaucoup de monde ! J’ai l’impression que nous sommes plus nombreux qu’à Biarritz ! Une personne fait un malaise au milieu de la foule et doit être évacuée sur civière. Ce n’est pas super rassurant sur le niveau de fatigue déjà atteint par certains. Je m’attendais à des consignes plus précises à propos de la traversée en bateau mais il faudra se débrouiller pour rejoindre le port d’embarquement.

La traversée sans profiter

Nous faisons partit des premiers équipages à traverser, nous partons donc directement après le briefing. Une fois au port, place à l’attente. Quelques séries de klaxons retentissent mais c’est moins dynamique qu’au départ. L’heure est plutôt à la sieste improvisée ou au casse croûte pour de nombreux équipages. La montée à bord du bateau se fait tout de même dans une cacophonie remarquable.

Une fois à bord il faut faire la queue pour procéder aux formalités douanières. En effet, le bateau embarque pratiquement uniquement des participants au raid, pour accélérer le passage par les guichets de douane au sol nous procédons aux vérifications administratives à bord mais cela prend du temps vu le nombre de personnes présentes. Nous en terminerons juste avant d’arriver au Maroc.

Maroc enfin !

La sortie du port est également assez longue. Il semblerait que toutes les premières voitures aient été contrôlées une à une par les douaniers marocains. Les cartes du Maroc indiquant une séparation au niveau du Sahara occidental sont jetées à la poubelle.

Le Maroc revendique cet espace disputé qui ne lui est pas toujours attribué.

maroc-essence-station-4LTrophy2017

La route est longue

Il est presque 17 heures lorsque nous prenons la route vers Rabat assez pressés d’arriver pour se poser. L’itinéraire n’est pas compliqué puisqu’il s’agit à nouveau d’une portion intégrale d’autoroute. Il y a un peu de relief au départ et encore quelques 4L en difficulté ! Nous faisons une bonne partie de la route avec les Taxis et l’équipage des Capi’Trophy qui doivent toujours composer avec leur radiateur défaillant qui a le pouvoir de faire disparaître le liquide de refroidissement ! La route est plus longue que ce que nous pensions, d’autant plus que le moindre arrêt pour faire le plein d’essence prend un peu plus de temps que d’habitude lorsque les stations essences sont prises d’assaut par des dizaines de 4L ! La joie d’être enfin au Maroc et le sentiment d’approcher des moments d’aventure demeurent majoritaires et nous sommes très émus par un employé de station-service qui nous remercie chaleureusement après que nous lui ayons offert une photo polaroid en souvenir.

Nous arrivons une fois la nuit tombée sur le campus de l’université de Rabat. Nous passons un peu de temps à essayer de solutionner le problème de radiateur des Capi’Trophy avant d’installer notre tente. Une soirée est organisée en notre honneur mais après un long aller-retour pour trouver les toilettes et le gonflage des matelas, la fatigue prend le dessus et nous nous écroulons dans la tente. La musique continuera de résonner jusque tard dans la nuit, on se sent alors un peu vieux face à l’énergie de ceux que l’on imagine danser et chanter là-bas…

Jour 4 – Rabat – Boulaajoul – Récit 4L Trophy 2017 Sacadeux

Jour 2 – Salamanque – Algesiras – Récit 4L Trophy 2017 Sacadeux

 

Notre participation au 4L Trophy 2017