Désertours machine à fric ?

 

Cet article n’a pas pour objet de revenir sur le montant des frais que nous avons engagés pour notre participation au raid 4L Trophy 2017. Les montants sont indiqués par l’organisation dès le départ, hormis l’ajout d’une balise GPS à posteriori pour la première fois lors de cette vingtième édition.

Avant ma participation, j’imaginais le montant à payer raisonnable au vu des éléments mis en avant et nécessaires à l’organisation d’un tel événement. Au retour de ma participation, je trouve légitime de s’interroger sur la motivation première de Désertours, l’aspect solidaire tel que cela est présenté ou la recherche de profit ? Est-il acceptable de faire beaucoup de profit tout en mettant en avant la solidarité ?

Le traitement médiocre de mes requêtes par mail et en face à face sur le raidl’organisation de la sécurité, du respect de l’environnement et la mise en avant que je trouve disproportionnée de l’aspect solidaire du raid m’ont amené à pencher pour la seconde option. Cependant je m’efforce dans cet article d’exposer des faits et je demeure partagé sur l’utilité d’un tel événement. Il y a des apports positifs indéniables mais certains aspects devraient être améliorés selon moi pour justifier totalement ce rassemblement annuel.

4L-Trophy-paysage-soleil-Maroc

Entreprise lucrative ou philanthropique ?

Si le raid est associé à une image humanitaire, les efforts de l’organisation pour contribuer à l’action solidaire semblent se limiter à la mise en avant des dons des participants via la diffusion de photos et vidéos.

Il faut bien faire la différence entre l’association « Enfants du désert » et la société Désertours qui organise le raid. Dans le premier cas il n’y a pas de but lucratif contrairement au second. Il y a une collaboration entre ces deux entités. Les membres de l’association peuvent par exemple bénéficier de places à bord des véhicules de l’organisation pour rejoindre le Maroc. Les ventes de produits estampillés 4L Trophy étaient par contre indépendantes des produits vendus par l’association. La société ne participe pas à ma connaissance au projet de financement des écoles ni aux dons de matériel. 

Quelques chiffres de l’édition 2017 :

1450 équipages inscrits soit 2900 participants.

L’inscription par équipage coûte 3290€ (sans compter les 75€ de balise GPS et les 95€ d’assurance rapatriement), il est possible d’obtenir des remises de 400 et 200 euros en faisant son inscription assez tôt.

  • Ce que comprend l’inscription :
    • Bateau aller-retour Algesiras-Tanger Med
    • Hébergement en demi-pension au Maroc (8 nuits, 6 en tente et 2 à l’hôtel)
    • Soirée de clôture à Marrakech
    • Assistance technique et médicale (pièces et médicaments à prévoir dans la 4L en plus de ce qui est possible d’obtenir sur le raid)
    • Organisation
    • Dans les documents de l’organisation apparaît également « Communication et Médiatisation du Raid » dans la rubrique frais d’inscription. Difficile de chiffrer cette source de dépense.

Avec le tarif le plus bas multiplié par le nombre de participant (2890 x 1450) on obtient la somme de 4 190 500€.

Une estimation des frais engagés par l’organisation a été faite par deux étudiants en 2015 dans un dossier intitulé les dessous du 4L Trophy. Même si elle est approximative, elle donne un ordre d’idée.

Une main d’œuvre bénévole

De nombreux participants l’ignorait et peut-être certains ne s’en sont pas rendus compte mais la majorité de l’assistance mécanique est constituée de bénévoles. Ceux-ci participent avec leur propres véhicules et ne sont pas spécialement formés par l’organisation, ils ne connaissent pas obligatoirement le Maroc ni le déroulement du raid.

J’ai été un petit peu surpris de constater qu’un mécanicien qui nous a dépanné ne connaissait pas les deux moteurs différents pouvant équiper des 4L, Billancourt et Cléon. Pour la majorité des pannes sur une 4L il est vrai qu’être spécialiste n’est pas forcément nécessaire. Dans notre cas le problème a bien été résolu.

J’étais plus déçu par contre lorsque des berbères venus nous apporter du bois sur le bivouac en autonomie ont été repoussés à l’initiative de l’assistance mécanique en place avec nous sur le campement sans leur laisser le temps de communiquer.

L’événement est co-organisé avec l’école de commerce Rennes School of Business au sein de laquelle a été crée l’association 4L Trophy Coordination qui fournit une partie de la main d’œuvre bénévole du 4L Trophy dans le cadre de stages d’études.

matériel-préparation-4L

Le Maroc sans Désertours

Par curiosité, j’ai fait une estimation des frais nécessaire pour un voyage hors cadre de l’organisation. Bien sûr les journées sur les pistes, le bivouac, la soirée de clôture, être au milieu de toutes les 4L, etc, ce n’est pas remplaçable. A vous d’estimer quel prix cela mérite ! Comme j’ai surtout apprécié les paysages et que l’aventure attendue n’était pas tellement au rendez-vous j’ai voulu voir ce que cela aurait pu donné niveau budget pour un voyage sans l’organisation du raid ! Je m’appuie sur les chiffres de notre budget 4L Trophy 2017.

Cette partie n’a donc pas vocation à évaluer les frais auxquels doit faire face l’organisation qui n’ont rien à voir avec un voyage en petit comité où il n’est pas nécessaire de mobiliser d’infrastructure pour 3000 personnes mais où vous n’avez pas non plus la même marge de négociation.

En ce qui concerne l’essence, les péages, les souvenirs, la nourriture et l’hébergement en Espagne et les repas du midi, ils n’étaient pas compris dans l’inscription. Nos dépenses lors de l’édition 2017 dans ces domaines correspondent à la somme de 1200 euros environ.

Il faut donc ajouter à cette somme les éléments suivants :

  • le prix du ferry (entre 170 et 300 euros),
  • l’hébergement supplémentaire (7 ou 8 nuits),
    • 40 euros en moyenne par nuit soit 320 euros au total en séjournant à l’hôtel en comptant large. L’hôtel plutôt que sous la tente car je n’ai pas croisé de camping le long du parcours.
  • la nourriture supplémentaire : 180 euros environ pour une moyenne de 10 euros par dîner (nous avons mangé à deux à ce prix là à chaque restaurant avec Sofi) et 20 euros pour le total des petit-déjeuners.
  • Soirée de clôture : 45 euros, le menu spectacle est proposé à 450 dirhams sur le site du restaurant, 290 dirhams le spectacle seul mais je ne le conseille pas particulièrement.

Total : 1200 + 845 = 2045 euros

Par rapport au 2890 euros de frais d’inscription minimum, cela laisse une marge de 845 euros pour quelques heures en quad ou en buggy dans les dunes par exemple, voire même un tour en hélicoptère pour 600 euros environ mais au départ de Marrakech. J’ai pris en compte pour le calcul les chiffres les plus élevés et je suis sur qu’avec notre style de voyage la différence aurait été encore plus importante mais nous aurions certainement passés quelques jours de plus au Maroc 🙂

Avec le recul et vu les conditions d’accueil et les offres d’hébergement rencontrées tout au long du parcours, je pense que j’aurais préféré vivre mon expérience différemment, sans avoir à suivre les chemins tracés par l’organisation.

Maroc-4L-Paysage-désert

Une prestation qui m’a déçue

 

Relations clients

Les premiers contacts avec l’organisation ont eu lieu par mail et par téléphone. Plusieurs fois au cours des mois qui précèdent le raid, nous avons été joints au téléphone pour savoir comment se déroulait notre préparation. Orienté sur la question du financement et de la préparation du véhicule, ces entretiens étaient toujours très attentionnés et l’interlocuteur m’offrait toujours la possibilité de poser mes questions. Cependant je n’ai jamais pu obtenir de réponse concrète à toutes les questions que j’avais sur le moment et l’on m’a alors orienté vers l’envoi de mail.

Si j’ai pu obtenir certaines réponses après des recherches dans les documents mis à disposition ou en demandant à d’autres participants ou anciens participants, j’ai tout de même sollicité l’organisation par mail sur quatre points :

  • L’origine et le processus de fabrication des stylos et cheichs proposés à la vente pour aider au financement du projet.
  • L’arrêt de la compensation des émissions de CO2.
  • La composition des menus fournis au cours du raid.
  • La possibilité de se rencontrer avec des proches en voyage au Maroc durant le raid.

J’ai eu droit à des réponses concises que j’ai trouvé froides et pas toujours complètes. Je m’attendais à plus de détails et de considération en tant que client d’une prestation à plus de trois mile euros.

Une fois sur le raid, quand on ne nous a pas répondu « Je ne sais pas » j’ai parfois eu l’impression de déranger.

Notamment en venant demander des nouvelles d’un équipage ayant subit un accident dans la journée. Nous étions passé à côté de la 4L peu après leur sortie de route dans un col enneigé. La voiture avait l’air assez endommagée et nous n’avions pas pu voir si tout allait bien. Des membres de l’organisation et de la croix-rouge sur place faisait signe aux 4L d’avancer pour ne pas bloquer la route. Nous n’avons donc pas  su ce qu’il advenait des occupants de la voiture. Le soir au briefing, le directeur de la course Jean-Jacques Rey évoque deux accidents et nous apprend que les voitures ne pourront pas continuer le raid mais que l’organisation allé faire le maximum pour garder les participants avec nous pour terminer le raid. Pour en savoir plus je me suis rendu à la tente informations qui était présentée comme un lieu où nous étions les bienvenus. Ce n’est pas l’impression que j’ai eu… Impression confortée par les réponses reçues un peu plus tard lorsque je suis venu demander quand l’arrêt de la musique était prévu.

J’ai également eu des retours négatifs de l’accueil à la tente médicale. Un peu dommage de se voir renvoyer froidement vers sa tente lorsque l’on vient demander du soutien.

Le site officiel annonce la mise à disposition de sacs biodégradables pour chaque équipage remis au départ le matin, puis restitués au camion le soir (camion de collecte des déchets qui suivra la caravane de bivouac en bivouac). Cette information ne semble plus à jour car nous avons demandé un sac lors du quatrième jour (à Boulaajoul) et l’on nous a annoncé (encore une fois plutôt froidement) que la distribution ne commençait que le lendemain.

Enfin, c’est plus accessoire mais cela s’est ajouté aux autres petites déceptions. Notre hôtel pour les deux dernières nuits à Marrakech était loin de celui présenté dans le JT officiel par exemple. Une longue attente pour accéder à notre chambre, pas d’eau chaude dans la douche, des traces de moisissures sur les murs et au plafond, des rideaux déchirés, des traces sur la moquette, des cheveux dans les draps, etc. Nous avons bien apprécié de dormir dans un vrai lit mais encore une fois la différence entre le produit vendu et la réalité était assez marquée.

Les surprises pour les vingt ans

Une soirée italienne au milieu du désert marocain.

Un DJ venu spécialement et un menu italien.

Vraiment ? C’était ça la grosse surprise pour les vingt ans ??

 

L’aventure

1450 équipages c’est un record de participants pour le 4L Trophy. Cette édition me fait me demander si l’organisation n’a pas vu trop grand car je pense qu’augmenter le nombre de participants se fait au détriment du charme du raid avec une organisation telle qu’elle était lors de cette édition 2017.

Nous avons du attendre à de nombreuses reprises dans des files de 4L. Que ce soit sur la route mais aussi au milieu des pistes. Heureusement il reste des moments où l’on peut ressentir des moments d’évasion et profiter de la beauté des paysages mais ils sont assez rares.

Le système de boucles est intéressant pour limiter le nombre de voiture sur les mêmes tracés mais cela n’a pas suffit à éviter l’engorgement des pistes (notamment pour les passages délicats) et cela fait perdre une partie du côté découverte.

Le parcage dans le désert trois jours consécutifs sans possibilité de laisser son camp installé. Je trouve dommage de ne pas pouvoir profiter des avantages de revenir au même campement tout en subissant les inconvénients.

Enfin l’aventure était l’argument réponse pour toute remarque ou critique. A propos des sanitaires mis à disposition notamment, seulement une quinzaine pour l’ensemble des participants dont une bonne partie ne se fermaient plus. C’est un peu limite de faire passer cela sur le compte de l’aventure et pour moi cela fait partie intégrante du problème d’infections évoqué par les équipes médicales au départ et du respect de l’environnement.

 

 

Éthique en toc ?

Au final, après avoir constaté que la société Désertours présente un résultat net de 701 400 euros pour l’année 2016 et vu les éléments que je présente au dessus, je suis assez amer au retour de l’aventure.

Le partenariat avec l’association « Enfants du désert » est présenté comme une des actions principales de Désertours sur l’aspect solidarité mais il me semble qu’un impact bien plus important pourrait être provoqué par plus d’implication de la part de l’organisation.

Le fait que les équipages choisis comme ambassadeurs soient exclus du classement général est assez révélateur de cette contradiction par exemple. A minima il devrait alors y avoir un classement alternatif selon moi pour mettre en valeur cette initiative de l’association.

Enfin, je n’ai pas eu de réponse détaillée et convaincante aux mails que j’ai envoyé à propos de la fabrication des stylos et des cheichs proposés pour des opérations à de financement.

En ce qui concerne la réponse à propos de l’arrêt du rachat des émissions de CO2, cet arrêt serait lié à un manque de transparence de l’organisme qui était mandaté pour la compensation des émissions et il s’est fait au bénéfice de l’action concrète au Maroc. Cependant je ne vois aucun soutien concret de la part de Désertours hormis l’incitation aux dons auprès des participants au raid pour l’association Enfants du désert.

Retour sur la page de mes impressions au retour du raid ou allez consulter notre budget pour le 4L Trophy 2017, la page de nos soutiens et sponsors ou encore la page de notre matériel.